vendredi 6 avril 2018

Poster n°3



Cette affiche a été réalisée en avril 1968, par un auteur inconnu, et publiée par l’éditeur Shanghai renmin meishu chubanshe. En bas de l’affiche en caractères rouges, on peut lire “毛主席是世界革命人民的大救星”, ce qui veut dire “Le président Mao est le grand libérateur des peuples révolutionnaires du monde”. Cette affiche a été réalisée en référence au soutien que la Chine de Mao apporte aux mouvements révolutionnaires dans le sud de l’Afrique, notamment avec l’envoi d’écrits de Mao Zedong à ces peuples pour qu’ils puissent s’inspirer de ses idéaux. Pour représenter le décor africain, nous retrouvons des palmiers en arrière plan ainsi que le ciel jaune d’Afrique noire. Les groupes révolutionnaires sont représentés par ces huit personnes, tous d’âges et d’accoutrements différents mais aussi armés de manière différentes : certains ont des lances, d’autres des fusils, des baillonettes, des ceintures portant des cartouches. Tous sont réunis autour d”un livre venant de la Chine de Mao et prônant les idéaux politiques du PCC. Ces divergences et le manque d’harmonie de ces combattants révolutionnaires renvoient à un désordre de leur mouvement et à un manque d’organisation que Mao aimerait aider à améliorer en partageant l’exemple chinois. Les combattants sont tous autour de ce livre, souriant et optimistes. Ce livre semble leur apporter de l’espoir pour leur cause, mais semble aussi les réunir fraternellement. Ce soutien à l’Afrique de la part de la Chine s’inscrit une fois encore dans sa lutte contre l’impérialisme occidental et surtout américain, mais aussi dans le vaste mouvement de Révolution culturelle en Chine : pour les dirigeants chinois le Tiers-monde dont l’Afrique noire est le centre, représente le coeur de la révolution mondiale et de leur lutte idéologique. L’image de la révolution culturelle est bien présente : c’est par la littérature et la culture des peuples que l’on aide la révolution et la libération. 


1 commentaire:

  1. Il s'agit bien d'une forme d'exportation de la révolution chinoise, largement discursive, mais avec ponctuellement une aide financière et militaire réelle, dans le contexte de la rivalité sino-soviétique sur différents terrains, dont l'Afrique, dans la seconde moitié des années soixante.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.