mercredi 28 mars 2018

Analyse Affiche de Propagande 3 - SMART Damien



Suite au fiasco de sa politique du Grand Bond en Avant, Mao Zedong souhaite relancer son projet de concrétiser un état socialiste. Mais il avait déçu les classes ouvrières et paysannes, aussi trouva-t-il appui sur la jeunesse (sachant qu’il bénéficiait déjà du soutient de la majorité des cadres du Parti mais aussi de l’armée, confortant ainsi son pouvoir en son retour triomphal).

Ces étudiants n’avaient pas connus la famine, en plus d’avoir grandit dans une éducation très marquée par les valeurs nationales, en faisant une classe à part, décalée idéologiquement par rapport aux adultes qui n’ignoraient rien des dérives du régime. Le grand timonier sollicita leur aide afin de purifier la nation gangrénée par des idées archaïques ou étrangères. Et la jeunesse étudiante l’écouta, puisqu’elle l’idolâtrait déjà ce héros, ce mythe fondateur (du fait de son éducation).

L’image affiche un contraste entre le Destructeur des libertés en noir et l’unité chinoise désirée en rouge, la lutte (des classes ?) se poursuivant sous l’égide du Parti, seul rempart à l’égarement. Et les écrits soulignent cette invitation à rejeter l’ancien monde, pour mieux bâtir enfin une meilleure Chine, libérée des entraves des mauvais savoirs, débarrassée des influences néfastes. (PS : j’aurais pu faire un parallèle avec les groupuscules fascistes en Italie ou en Allemagne avant 45, mais là n’est pas le propos, j’imagine ? puisque l’image ne s’adresse pas à l’occident mais bien au peuple chinois)

Ainsi apparurent les fameux gardes rouges, durant l’été de l’année 1966, pour finalement tomber en désuétude vers mars de l’année d’après. L’illustration criarde de rouge évoque toute la violence qui s’est emparée du pays durant cette période, soulevant des masses de jeunes fanatiques engagés dans l’épuration culturelle (soit en brutalisant les détenteurs du savoir et de la critique, soit en agressant les étrangers et en vandalisant  les vieilles instances). Le fer de lance d’un désir brutal de réunifier le peuple sous une seule vision, détachée des croyances religieuses et autres écarts.

Ce phénomène à ébranlé le peuple à la vue de ces étudiants déferlant avec rage sur « l’ancien monde » et ses valeurs. L’on sait que cette démonstration de force permis à Mao de revenir au pouvoir, par un simple mais efficace règne de terreur où la suspicion et le discrédit (qualifiant un opposant ou un esprit critique en « droitiste », lui réservant ainsi un sort funeste) lui gagnèrent d’autres voix, les silencieuses. Le tout afin de pouvoir mener à bien sa destruction du Parti pour mieux le voir renaitre de ses cendres, purifié de toute corruption et dissidence.

1 commentaire:

  1. Votre propos n'est pas assez centré sur le poster. Les éléments de contextualisation sont bienvenus et nécessaires, mais ils arrivent trop tard et sont exprimé dans une langue bien trop excessive. Soyez avant tout clinique quand vous présentez un sujet. Le noir et le rouge ne s'opposent pas ici. Et il n'est pas question de destruction des libertés, mais des valeurs du "vieux monde".

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.