vendredi 10 février 2017

résumé des séances: jusqu"au 10 fevrier



La nouvelle vague politique mondiale. Le communisme :
 
La pensée égalitaire utopiste est à l’origine du mouvement de la pensée socialiste. Avec la figure de Marx qui revendique une approche plus scientifique pour lutter contre le capitalisme apparait un socialisme politique. Socialisme politique qui sera lui-même supplanté par l’approche communiste qui met en avant la notion de révolution et entrevois l’action socialiste sur la base de celle-ci. 
Le communisme prend alors une dimension politique et séduit une grande partie de l’Europe.
Le cas de la Russie, le plus représentatif d’un état communiste, incarne sur fond de révolution industrielle un modèle mondial. Afin de réunir et fédérer ce mouvement, le communisme s’assemble autour d’une instance internationale, le Kominterm, qui rapidement s’organise autour de la Russie.

A la fin de la seconde guerre mondiale, le monde commence à se scinder autours de deux axes, jetant les bases de la Guerre Froide.

Le communisme Chinois : influence Russe et spécificité chinoise :

La Chine après 1949 se voit fédérer par un régime communiste initialement très influencé par son voisin direct, la Russie. Elle trouve  une place sur la scène internationale, est entreprend ainsi de réunifier son espace. Avec la figure de Mao, accédant au pouvoir par son habileté à remanier les concepts communistes au monde chinois, la Chine adopte une série de réformes et entame l’unification de son espace autours du concept de Nation. 

La particularité de cette pensée communiste se trouve incarné par le concept de maoïsme ou la lutte des classes et le prolétariat paysan occupe une place centrale.

La Chine s’organise donc autours d’un homme et de son idéologie et avance contrainte dans le sens d’une nation démocratique dictatoriale. Les avancées sociales qui ont accompagné la création de la république populaire de Chine renforce la position de Mao et lui assure le soutient de la population.

A la mort de Staline, la Chine se désolidarise de la Russie et entame à la même période une série de réformes.

Le grand bond en avant ; La mise en pratique de l’idéologie Maoïste :
A partir des années 1958, la Chine est un état pauvre, principalement paysan. Mao entame alors toute une série de réforme visant à faire de la Chine une nation avancée et économiquement prospère.

Dans une débauche de moyen humain, due à l’étatisation des industries et à la vision d’un développement s’appuyant sur le milieu paysan, le pays s’engage dans une série de réformes : agricole, technique (infrastructures), économique.

La dynamique du mouvement entraine l’état entier dans une frénésie de changements. Le régime communiste coordonne sa politique en se basant sur l’expérience acquise durant la guerre et met en place un appareil intentionnel au caractère militaire. La doctrine idéologique influençant le régime social dans son entier et les faiblesses de l’institution à rendre compte de la situation conduisent la politique du grand bond en avant à un résultat catastrophique. 

Cette entreprise entame alors sérieusement le parti communiste et la popularité de Mao, débouchant sur une scission du pouvoir politique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.